Sélectionner une page

Culture

L’Église de Joucas

Joucas se situe sur les contreforts des Moots du Vaucluse et figure au palmarès des plus beaux villages de charme et se caractérise par une certaine discrétion due en partie à sa situation géographique  et à son histoire. Ce village fut fondé en 960 et l’on trouve trace de Joucas (le castrum de Jocas) dans une charte de l’Abbaye Saint Victor de Marseille datée de 1055. A la fin du Xlème siècle jusqu’au XVIJème siècle, c’est une possessfon des d’Agoult.

 

A la fin du XIIIème siècle, Joucas entre dans le giron des Hospirnliers Saint-Jean de Jérusalem ou Ordre de Malte mais les biens qui la composaient  ne représentaient pas grand chose, suite au dépeuplement dû à la peste de 1348. La reVltalisation de Joucas reprit dans la deuxième moitié du XVème siècle où des actes d’habitation furent signés entre le commandeur représentant

L’Ordre de Malte et des chefs de familles, la plupart venus de l’extérieur. En ce qui concerne l’origine et la religion de ces habitants du XVème siècle, il y a de très fortes probabilités qu’ils soient en majorité d’ascendance alpine, des deux cotés de l’actuelle frontière franco-italienne et de confession vaudoise. Cette probabilité, outre le fait que Joucas soit cité à plusieurs reprises dans k-s compte-rendus de procès concernant les vaudois,  se justifie par le nombre de protestants (presque la totalité des habitants) présents à Joucas avant la révocation de l’Edit de Nantes… Les patronymes: Gardie Gaudin, Pexrotet, Bourgue, Silvestre, Cortasse, présents dès le XVème siècle constituent une piste, tout comme l’attachement des protestants à l’Eglise Notre­ dame, la pus ancienne de Joucas, qui fut démolie  par  les catholiques pendant les guerres de religion.

 

En 1520, le prieuré est rattaché à la Commanderie ; Le Commandeur devient seigneur temporel et spirituel de la communauté de Joucas et il administre le «bénéfice» (ce sont les termes) qui lui est confié par son ordre. Prêtres et seigneurs à la fois, les commandeurs qui se soot succédés à Joucas pendant presque trois siècles ont été gestionnaires des biens et des âmes.

Si les vaudois de Joucas ont échappé à la destruction systématique de leurs habitations, contrairement à Jeurs voisins de Murs et de Cabrières, c’est certainement grâce à la protection de l’Ordre de Malte dont l’influence était grande. En  revanche, lors des guexres de teligion généralisées qui suivirent, Joucas fut plus directement concernée et le Château de la Commanderie, de par sa position stratégique, passa à plusiews reprises des catholiques aux hérétiques, ce qui lui valut d’être démoli et reconstruit plusieurs fois dans cene deuxième mojtié du XVIème siècle.

 

Nous  n’avons pas beaucoup de renseignements quant à la période de la Révolution jusqu’à l’année 1841 à partir de laquelle et sans interruption jusqu’à nos jours, nous pouvons, par les registres de délibérations du Conseil Municipal, voir vivre une communauté liée profondément au travail de la terre: les artisans, nombreux, sont aussi agriculteurs à temps partiel. Héritage d’un esprit vaudois protestant?

 

L’Eglise Saint-Jean-Baptiste fut construite au XVIIIème siècle en remplacement  de l’Eglise Notre-Dames, signalée sur un autre site au XV1ème siècle et détruite lors des guerres de religion.

 

Voir livre « JOUCAS HIER ET AUJOURD’HUI de A. Arnaud et H. Richard, (Editions Erable) retraçant l’histoire el la vie du village et de ses habitants. En vente 15€ à l’Alimenlation de ]0ucas.

 

Sur l’initiative de nombreux joucassiens, l’Association des Amis de l’église de Joucas fut crée en 1990. Cette association a pour but de sauvegarder, de restaurer, d’embellir et d’entretenir le patrimoine de l’Eglise  Saint-Jean-Baptiste.  Celle-ci  réserve aux visiteurs de nombreuses surprises. Elle renferme plusieurs grands tableaux, anonymes pour la plupart. Nous noterons, en particulier, dans le chœur, l’Annonciation, la Crucifiction et la Décollation de Saint Jean-Baptiste, tous récemment restaurés. Outre ces derniers tableaux, le décor intérieur est un véritable musée de la peinture en trompe-l’œil. Les pilastres et arcades présentent un excellent faux­-marbre ainsi que les encadrements  des fenêtres de chaque coté de la nef.

Sur les piliers d’arcade figurent trois peintures de saints, représentées comme des statues, Saint Pierre et le Bon Pasteur à gauche et Saint Paul à droite de la nef, toujours de facture provençale et du XVIIIème siècle. Une série de quatre peintures décoratives figurent sur les quatre angles de la nef: scènes de procession ou d’ermitages représentant la pénitence. La voûte du chœur est peinte en décor céleste en un plafond de nuages au fond duquel apparaît le Sacré-Cœur et, plus au centre, la croix de Malte. Deux autres tableaux d’intérêt particulier: le Baptême du Christ, à gauche en entrant, armorié dans le coin inférieur droit et le tableau de la Vierge à l’enfant au rosaire, dans la chapelle de droite, tous deux peints par un artiste provençal, Delpech, au XVIIIème siècle. Le miûtre-autel, de style baroque-provençal daterait d’avant l’église actuelle (début XVIIIème pour autel et tabernacle et fin XVIIIème pour les gradins).

Au moyen de concerts donnés dans l’église et de dons personnels, nous recueillons les sommes qui nous permettront d’effectuer les prochaines tranches de travaux: la restauration des fonts baptismaux et de la statue de Saint Laurent font partie de nos futurs projets.

 

Nous vous invitons à découvrir le Village, ses ruelles caladées, ses jardinets de charme, ses toits roses et ses secrets au fil des pas.

Une visite dans l’église Saint Jean-Baptiste vous révèlera l’art du trompe-l’œil.

 

Voir livre:

LUBERON, PAYS D’APT, de P. 0livier Eliolt, Edisud.

Un guide illustré de dessins à la plume à la découverte des différents villages du Luberon.

 27€ en librairie

 

L’Association est toujours à la recherche de sponsors et de groupes musicaux susceptibles de l’aider dans la programmation de ses concerts. Nous lançons un appel aux généreux donateurs sans l’aide de qui nous ne pourrions réaliser ces projets et les en remercions vivement.

Tous les dons sont à adresser aux Amis de l’Eglise de Joucas, Madame

Raulot-Lapointe, Présidente

Pour tous renseignements: 04 90 05 69 84

Ils sont, bien entendu, déductibles d’impôt et nous vous adresserons un reçu, sur demande.

Le Moulin de Joucas

La restauration du moulin à vent et l’aménagement de ses extérieurs au quartier le Sarret  sont à présent achevés.

Nous remercions vivement tous les partenaires financiers qui nous ont aidés à mener à bien cette opération et les artisans qui ont exécuté un remarquable travail qui a demandé beaucoup de doigté mais aussi de temps.

Les artisans :

  • Menuiserie de la Tour des Opies
  • Ferronnerie Anthony DIDIER
  • La Jardin du Buis
  • La Farigoulette

Les partenaires financiers :